bandeau1
bandeau2
bandeau3
bandeau4
bandeau5
saulieu5

fr gb

Biographies

Wilson Anthony " Boozoo " Chavis

23 octobre 1930 - 5 mai 2001

Boozoo Chavis est mort d'une crise cardiaque le samedi 5 mai 2001, alors qu'il venait de donner un concert à Austin, Texas. Il avait 70 ans. Né à Church Point, Louisiane, en 1930, il apprend l'accordéon seul dès l'age de 9 ans. Très vite, il joue dans les bals de maisons et les clubs de danse de la région de Lake Charles, où il a déménagé avec sa mère. Celle-ci, après avoir amassé un petit pactole en tenant un barbecue dans les courses de chevaux (lesquelles seront une autre passion dévorante dans la vie de Boozoo), ouvre une salle de danse, où Boozoo se produira souvent en compagnie d'un certain Morris Chenier et de ses deux neveux, Clifton et Cleveland… C'est en 1954 qu'il compose son fameux "Paper In My Shoe" (une chanson sur la misère qui lui interdit de s'offrir des chaussettes…), le premier hit Zydeco, qui deviendra un véritable tube dans toute la Louisiane et au-delà. Eddie Shuler, le producteur du disque, prétend en avoir vendu 150.000 exemplaires. Boozoo, lui, estime avoir dépassé le million et mériter un disque d'or. Persuadé de s'être fait escroquer et fâché, il décide d'abandonner la musique et retourne à ses chers chevaux de course (lesquels assureront sa fortune…)! Trente ans plus tard, alors que le zydeco est moribond (Clifton Chénier est mort, après avoir été pendant de longues décennies l'arbre qui cachait la forêt, privant indirectement le genre zydeco de développement et de diversité), que les salles de danse ne sont plus fréquentées que par les anciens, Boozoo revient aux affaires, après avoir appris qu'un autre accordéoniste se fait passer pour lui dans le circuit musical Louisianais. Avec son mélodéon et son trois rangées, son jeu et sa voix tout en énergie, il redynamise la scène zydeco en seulement quelques années, ramène les jeunes dans les salles de danse et inspire toute une génération de nouveaux accordéonistes. En associant une section rythmique moderne à la musique Créole d'avant guerre, il crée un lien, un nouveau style musical, un zydeco rural, assez loin, dans l'esprit, du zydeco urbain de Clifton Chénier, et jette déjà les bases de ce que sera le zydeco-funk de la fin des années 90. De nombreux jeunes accordéonistes lui emboîtent le pas, mais peu lui arrivent à la cheville… Le regretté Beau Jocque (qui sera son élève et son fils spirituel, tout en entretenant parfois plus tard une certaine rivalité avec lui…), Keith Frank, Step Rideau figurent parmi ses meilleurs disciples. Tous proclament, à juste titre, que Boozoo Chavis est l'inventeur du zydeco moderne. Il était incontestablement le "King of Zydeco" en titre. La place est désormais à prendre...

 

BEAU JOCQUE (1956 - 1999)

L’inventeur du " Nouveau Zydeco ", Beau Jocque, que tous considéraient comme le fils spirituel de Boozoo Chavis et futur King of Zydeco est mort d’une crise cardiaque, chez lui, à Kinder, le 10 septembre 1999, au retour d'un concert au Rock N’ Bowl de New Orleans.
Connu dans toute l’Amérique et au delà, Beau Jocque était arrivé au Zydeco sur le tard. Ancien de l’US Air Force devenu électricien, il est victime en 1986 d’un accident qui le laisse paralysé des membres inférieurs pendant plus d’un an. Il consacre alors sa convalescence à apprendre à se servir de l’accordéon de son père Sandrus. Il contacte à cette époque Bozoo Chavis, qui le prend sous sa coupe et lui met le pied à l’étrier en le faisant jouer avec lui. Excellent joueur de cuivres au lycée, Beau Jocque aime le blues, le rock, le boogie, la soul, mais aussi le rap et le hip-hop. C’est donc tout ces genres qu’il affectionne qu’il va essayer de marier avec le Zydeco traditionnel pour obtenir son propre son, un son où l’influence de ses idoles, James Brown, Santana et John Lee Hooker, est nettement perceptible. Dès 1991, avec son groupe les Hi-Rollers, il devient la coqueluche des clubs de New-Orleans. Son style " funky " attire de nouvelles générations de danseurs dans les salles. Deux ans plus tard, son premier album " Beau Jocque Boogie " , sur lequel figure son célèbre hit " Give Him Cornbread " va achever de lancer sa carrière internationale. Excellent homme d’affaires, Beau Jocque veut réussir et s’en donne les moyens. Il offre à ses musiciens les meilleurs instruments disponibles sur le marché et se met à tourner énormément, faisant au passage des jaloux : ses joutes verbales et musicales pour le titre de King of Zydeco avec Keith Frank, auquel il laisse de fait le champ libre en Louisiane, ne cesseront jamais...
Au cours de sa carrière, Beau Jocque a réalisé huit albums. Il venait de quitter récemment Rounder pour Mardi-Gras Records. Ses passages dans les très prisés shows télévisés de David Lettermann et de Conan O’Brien aux USA ainsi que des reportages sur lui dans des revues importantes telles que Rolling Stone, prouvent qu’il avait atteint son but. Déjà victime d’une alerte cardiaque il y a quelques années, Beau Jocque se savait en sursis : les médecins lui avaient conseillé d’arrêter la musique. Il a préféré aller au bout de son rêve. De son vrai nom Andrus Espre, il a été enterré avec les honneurs militaires au cimetière Ste Mathilde de Eunice, tout près de son autre Maître à Jouer, John Delafose et de son père, parti seulement quinze jours avant lui.
Discographie :
" Beau Jocque Boogie "  Rounder 2120
" My Name is Beau Jocque " Paula Records PCD-1031
" Pick up on This " Rounder 2129
" Git it Beau Jocque " Rounder 2134
" Beau Jocque’s Nursery Rhyme " Beau Jocque Music 1001
" Gonna Take You Downtown " Rounder 2150
" Check it Out, Lock it In, Crank it Up " Rounder 2158
" Zydeco Giant " Mardi Gras Records MG 1043


EDDIE LEJEUNE (1951-2001)

Eddie Lejeune est mort le 9 janvier 2001 d’une crise cardiaque, à l'âge de 49 ans. Il était le fils du légendaire Iry Lejeune, disparu lui-même très jeune en 1955. Baignant dans la musique Cajun dès son plus jeune âge, c’est avec sa grand-mère qu’il avait appris l’accordéon, à l’âge de six ans, jouant d’abord dans les bals de maison, puis dans les salles de danse. Longtemps dans l’ombre mythique de son père, presque attendu au tournant, il n’avait enregistré son premier album qu’en1988. Son style d’accordéon était unique, rappelant beaucoup certains accordéonistes des années 30-40. Fervent défenseur d’une musique acoustique exécutée en trio (accordéon, violon, guitare), il donnait à sa musique un tempo assez lent, qu’il aimait remplir de nombreuses notes, parfois très aigües, qui apportaient un rythme caractéristique à son exécution, tout comme sa voix puissante et haut perchée. Après avoir tourné avec D.L. Menard et Ken Smith, il avait fondé les Morse Playboys, avec lesquels il avait joué de nombreuses fois à l’étranger, notamment en Grande Bretagne. Eddie Lejeune était un personnage simple et attachant. Au fil du temps, il avait su se créer un style et se faire un prénom. Dorénavant, c’est au paradis des musiciens qu’il animera la soirée du Lundi Gras, et non pas au café du petit village de Morse, où il aimait tant retrouver ses amis venus du monde entier.
Discographie :
‘Cajun Soul’ Rounder CD 6013
‘It’s in The Blood’ Rounder CD 6043
‘Le Trio Cadien’ Rounder CD 6049
‘Cajun Spirit’ Rounder CD 6085

bandeau bayouprod