bandeau1
bandeau2
bandeau3
bandeau4
bandeau5
saulieu5

fr gb

Les artistes marquants

Le père spirituel : IRY LEJEUNE

Certes, d'autres grands musiciens ont précédé Iry Lejeune dans l'histoire de la musique cajun. Mais la sortie, en 1948, de sa Valse du Pont d'Amour fit une telle sensation et se vendit à tellement de milliers d'exemplaires, qu'il fait désormais partie de la mémoire collective de cette communauté. Né en 1928, dans une famille de paysans très pauvres, près de Church Point, il est victime d'une cécité précoce qui lui interdit le travail aux champs et affecte sa scolarité. Il se met alors à l'accordéon et en devient rapidement un virtuose. Après la guerre, en insistant pour jouer en direct dans une émission de radio, en pleine mode des string bands, il obtient un tel succès auprès des auditeurs qu'il relance à lui tout seul la musique d'accordéon en Louisiane . Il meurt accidentellement en 1955, fauché par une voiture au retour d'un bal, alors qu'il changeait une roue crevée sur le bord de la route.
A écouter : Iry Lejeune, "The Definitive Collection". ACE / Goldband CDCHD 428.

 

L'héritier : BRUCE DAIGREPONT

Auteur – compositeur né en 1958, Bruce Daigrepont revendique des influences musicales allant de Nathan Abshire à Creedence Clearwater Revival ! Il excelle en cela à marier les thèmes de la musique cajun traditionnelle avec l'énergie de la jeunesse. Elevé dans une famille francophone, à la fois à la Nouvelle–Orléans et chez ses grands-parents à Marksville, dans la paroisse des Avoyelles, il se destine à être comptable lorsque, en 1978, il assiste aux Festivals Acadiens de Lafayette, où il prend conscience de ses racines cajuns en voyant des jeunes de son âge pratiquer cette musique ancestrale. C'est pour lui une révélation: il se met immédiatement à apprendre l'accordéon et fonde en 1980 son premier groupe, Bourré Cajun Band. Ce groupe fera les beaux jours du Maple Leaf Bar de la Nouvelle-Orléans pendant 5 ans et contribuera fortement à populariser la musique cajun dans cette ville, jusque là peu au fait de cette musique née plus à l'ouest dans l'Etat. Aujourd'hui, quand il ne joue pas à l'autre bout du monde, le Bruce Daigrepont Cajun Band se produit tous les dimanches soirs au célèbre Tipitina's de New Orleans, pour un show désormais très attendu par de nombreux fans.
A écouter : "Paradis" Rounder CD 6090

 

Le rocker : WAYNE TOUPS

Né dans une famille de musiciens à Crowley, Wayne Toups apprend l'accordéon cajun dès l'âge de 13 ans. Ses idoles sont alors les accordéonistes Iry Lejeune, Walter Mouton et Belton Richard. Parallèlement très influencé par des stars du rock ou du R&B comme Duane Allman ou Otis Redding, il ne tarde pas à intégrer de fortes doses de Southern Rock dans sa musique. Révélé au Festival de Lafayette en 1984, où son show d'une puissance physique inouïe n'est pas sans rappeler celui d'un certain Bruce Springteen, puis programmé plusieurs fois sur MTV, il gagne alors ses galons de star et le surnom de Cajun Boss. Extrêmement populaire auprès des jeunes, qui apprécient ce mariage détonnant entre tradition et modernité, il sillonne le monde de festivals en festivals, à la tête de son groupe Zydecajun. Auteur d'une dizaine de CDs à ce jour, c'est dans son "Live" enregistré chez lui, à Crowley, en 1987, que cet accordéoniste hors du commun nous livre son incroyable énergie de la façon la plus fidèle qui soit : sur scène, au milieu de son public.
A écouter : "Down Home Live" MTE 5043-2

 

L'étoile filante : BEAU JOCQUE

Né en 1957, Beau Jocque (de son vrai nom Andrus Espré) a fait en seulement quelques années exploser les limites du Zydeco comme jamais personne auparavant. Cet admirateur de James Brown et ZZ Top découvre l'accordéon et le zydeco sur le tard, en 1987, suite à un accident du travail qui le garde immobilisé pendant de nombreux mois. En 1991, il se battit une solide réputation sur la Nouvelle-Orléans avec son groupe, les Zydeco Hi – Rollers, dans lequel il introduit des éléments de funk, de rap et de hip hop et attire toute une nouvelle génération de danseurs dans ses soirées. Le grand Boozoo Chavis le prend alors sous sa protection, ce qui accélère encore sa carrière. Beau Jocque est un garçon intelligent qui a compris que pour avancer dans ce genre musical, il faut de très bons musiciens et du bon matériel. Il engage donc des pointures, leur offre les meilleurs instruments, une sono dernier cri et un ingénieur du son. Son talent de compositeur et de chanteur fera le reste. Demandé dans le monde entier, il est fauché en pleine gloire en 1999 par un infarctus, au retour d'un concert à la Nouvelle-Orléans. Il laisse un vide musical immense que personne n'est venu combler à ce jour.
A écouter : "Git it, Beau Jocque" Live Rounder CD 2134

bandeau bayouprod